Groupement des Praticiens en Psychogériatrie
p.a. Caroline Jobin, av. Haldimand 67, 1400 Yverdon-les-Bains

CCP 17-277124-7
 


 Actualité GPPG


 Références


 Conférences 


 Médias


 Audio et Vidéo

Médias

Décembre 2017

Dans la revue Ethnographies.org no 35, un membre du comité du GGPG Alexandre Lambelet a participé à la rédaction d'un article intitulé "Vivre avec la maladie d’Alzheimer en institution : quels effets des contextes sur les pratiques ?".

Pour mener à bien leur étude, ils ont réalisé quelques vidéos de témoignages de proches et professionnels travaillant en EMS. Leurs observations des différentes interactions sociales proposées dans certains EMS formés à la méthode Montessori leur font conclure que ce n'est pas la santé qui diminue les relations sociales mais sans doute le manque de propositions.

 

11 avril 2017

Sur le site du Huffingtonpost, on peut lire un article intéressant : "Comment la méthode Montessori peut aider les malades d'Alzheimer à réapprendre le quotidien"

 

24 janvier 2016

Le journal 24H publie un article sur : "La santé mentale des seniors devrait être une priorité" en interrogeant le professeur Armin Von Gunten chef du Service universitaire de psychiatrie de l'âge avancé (SUPAA).

 


4 février 2015
La RTS vient de diffuser un reportage sur la Méthode Montessori.

Il est accessible sur notre page Audio et vidéo

 

 


Décembre 2014

La revue de l'association des homes et institutions sociales de Suisse CURAVIVA a publié un intéressant article sur l'introduction de la méthode Montessori au sein de l'EMS fribourgeois Les Grêves du lac, membre du GPPG.

L'occasion de changer le regard sur la démence.

 



16 septembre 2014
Ce soir-là au CHUV, nous avons présenté la méthode Montessori aux proches des institutions membres du GPPG qui ont formé leur personnel à cette approche. Nous avons profité de cette conférence pour inviter le promoteur de la méthode en France M. Jérome Erkes.

Nous avons aussi envoyé l'invitation à la presse de la Suisse romande afin de pouvoir bénéficier d'un relais dans leurs médias de nos expériences enthousiasmantes autour de cette méthode.

Un premier article vient de paraitre dans la Liberté, quotidien du canton de Fribourg :

"Montessori parle aussi aux aînés"

   
Nous avons aussi été contacté par un journaliste de la RTS qui souhaite faire un reportage.
A suivre...


19 juillet 2013
Vaccin contre la maladie d’Alzheimer: les hôpitaux de Genève et Bâle participent à une étude
Cette dernière réalisée au niveau international exploite la piste de la prévention.

Voir le reportage


30 mai 2013
Un atelier utilise l'art-thérapie pour aider les personnes atteintes d'Alzheimer à s'exprimer
Cette thérapie a recourt au dessin, à la peinture ou encore à l'art floral.

Voir le reportage


3 novembre 2011

Alzheimer: des médicaments peu efficaces

Le communiqué de la Haute autorité de santé en France

Quatre médicaments contre la maladie d'Alzheimer, utilisés depuis une dizaine d'années, viennent d'être jugés inefficaces en France par la Haute autorité de santé. Ces médicaments sont également utilisés en Suisse et remboursés par l'assurance maladie. Il s'agit d'Ebixa, Aricept, Exelon et Reminyl.

La Commission de la Transparence, en charge de l’évaluation des médicaments au sein de la Haute Autorité de Santé, conclut "à un intérêt thérapeutique faible des médicaments de la maladie d’Alzheimer. Elle recommande de limiter leurs prescriptions à un an, renouvelable sous conditions strictes".

Ecouter le reportage


4 mars 2010

L'émission Temps Présent dela TSR nous parle des proches aidants et comment parfois ils assument l'accompagnement de leur parent plutôt que de se résoudre à le placer en EMS. D'où le titre "accrocheur" :

Tu n'iras pas en EMS

Combien sont-ils, ceux qui apportent une aide régulière et intensive à une personne âgée, malade ou privée d'autonomie ? A un parent ou un conjoint, diminué dans sa vie de tous les jours, mais qu'on ne veut pas condamner à l'EMS ? Le nombre de ces proches aidant, comme on les appelle, ne cesse de croître, avec les baby boomers qui partent en retraite et des maladies comme Alzheimer qui frappent. Une réalité difficile à chiffrer car elle s'inscrit le plus souvent dans le cadre privé du cercle familial. Par devoir ou nécessité, l'aide qu'ils apportent à leur conjoint ou parent âgé retarde ou évite un placement en EMS, et diminue l'intervention des services d'aides et de soin à domicile. Et pourtant, ces bénévoles de l'ombre - vous peut-être - souffrent d'un manque criant de reconnaissance et de soutien de la part des pouvoirs publics : aménagement du temps de travail au bon vouloir de l'employeur, maigre soutien financier, frais non reconnus par les assurances. Alors que leur travail permet d'éviter des coûts important à la collectivité, la charge qui s'accumule conduit souvent les proches aidant à l'épuisement, l'isolement ou la paupérisation. Une réalité du moment à mettre en regard des faits, car en 2030, le nombre de personnes âgées de plus de 80 ans aura doublé. Comment notre société va-t-elle relever ce défi ? Et surtout, quelle conséquence cette déferlante aura-t-elle sur les coûts de la santé ? A l'heure des coupes budgétaires, les proches aidant ne deviendront-ils pas l'alternative à la prise en charge institutionnelle des personnes âgées ? Une situation dans laquelle chacun d'entre nous sera plongé un jour.

Rediffusion le vendredi 5 mars 2010 à 0h35 et le lundi 8 mars 2010 à 14h45 sur TSR2.

2 septembre 2009

L'émission 36.9° de la TSR du a évoqué la place des personnes démentes dans notre société : 

Alzheimer : énigmes et controverses


L'émission pose entre autres, la question importante de la formation du personnel dans les EMS :
Pour les prises en charge sur le plus long terme, les EMS de psycho-gériatrie font un excellent travail, mais les places sont rares et le personnel n'a souvent pas une formation suffisamment spécifique. Alors que l'on sait que d'ici 2050 le nombre des malades va avoisiner les 300'000 en Suisse, il est urgent de réfléchir à une meilleure prise en charge des malades et de leurs proches.

L'émission évoque un exemple allemand (ville d'Arnsberg) qui prône une meilleure intégration des personnes démentes dans la société : 

Des appartements protégés mélangeant personnes âgées saines et personnes démentes ont été construits, ils sont jouxtés à un EMS. Les transitions peuvent se faire en douceur suivant l'évolution de la maladie